Tout comprendre sur la discopathie dégénérative et le sport

La discopathie dégénérative est un nom bien compliqué à cerner. Pourtant, de nombreuses personnes en souffrent à travers le monde. Comme vous l’auriez déjà compris, il s’agit d’une forme de pathologie liée à la colonne vertébrale. Aujourd’hui, nous nous pencherons sur ce que c’est, la cause de ce mal et les divers traitements non médicamenteux. Zoom sur la discopathie dégénérative et le sport.

La discopathie dégénérative en quelques mots

La discopathie dégénérative est une lésion au niveau des tissus de l’anneau fibreux entre les disques intervertébraux.

À la base, ces disques agissent comme des airbags pour amortir les chocs que peut subir la colonne vertébrale. Au bout d’un certain temps, on peut constater une usure assez profonde de ces disques. Ces derniers vont commencer à se déplacer et peuvent se retrouver coincer entre deux vertèbres.

Cette pathologie peut toucher plusieurs disques intervertébraux. Mais les plus concernées sont les disques se trouvant en bas du dos, au niveau du bassin. On parlera alors de discopathie lombaire.

Diverses causes peuvent occasionner ce mal. En premier lieu, il y a l’âge. En effet, comme les personnes âgées ne font pratiquement plus faire grand-chose, leurs muscles fondent. En plus de la détérioration des tissus de l’anneau fibreux, l’absence de muscle favorise la discopathie dégénérative.

Ensuite, une étude a démontré que même de jeunes adultes voire des adolescents peuvent en souffrir. C’est ce que l’on nomme un vieillissement prématuré. Afin de réduire les douleurs lombaires, il est possible de combiner la discopathie dégénérative et le sport.

Cela dit, il faut pratiquer les sports appropriés. Par ailleurs, si vous sollicitez trop vos vertèbres lombaires en portant des charges trop lourdes ou en pratiquant des sports extrêmes, vous risquez d’avoir une discopathie dégénérative plus vite que vous le pensez.

Dans les cas plus rares, la discopathie lombaire est d’ordre génétique.

Les indicateurs à risque

À part le vieillissement naturel, de nombreux facteurs peuvent entrer en action. Il y entre autre la mauvaise hygiène de vie. En vérité, l’obésité peut entrainer une discopathie dégénérative au niveau des lombaires et sur toute la colonne.

On peut citer également les mauvaises habitudes posturales. À force de mal mener sa colonne vertébrale dans des positions incongrues, on finit par ressentir des petits pincements ou des douleurs insoutenables. Le tabagisme et la consommation d’aliments acides pour l’organisme peuvent également accélérer le processus.

Rassurez-vous, la discopathie dégénérative et le sport font bien des miracles.

La discopathie dégénérative et le sport proprement-dit

douleur de la colonne vertébrale

De nombreux traitements sont à prescrire pour lutter contre la discopathie dégénérative, notamment les antalgiques, les traitements homéopathiques et même la chirurgie.

Afin de ne pas basculer dans ces extrémités, la discopathie dégénérative et le sport font bon ménage. En effet, il est même recommandé d’en faire pour tonifier le corps. Cependant, tous les sports ne sont pas faits pour traiter cette pathologie.

Néanmoins, nous dresserons une liste exhaustive des sports à faire pour diminuer la douleur :

  • La musculation du dos
  • Le stretching
  • La natation
  • Le vélo
  • La marche

En conclusion, on peut souffrir d’une discopathie dégénérative, mais on peut se soigner en faisant régulièrement du sport.